Mobilisation des élèves de Dakar à l’occasion de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste 

une vue des élèves présents à la cérémonie

une vue des élèves présents à la cérémonie

Dakar, 1er février 2016 – “Sans la voix des victimes nous ne pouvons pas comprendre ce qu’est l’atteinte à la dignité humaine” soutenait vendredi 29 janvier 2016, M. Yoni Berrous du Mémorial israélien Yad Vashem, construit à la mémoire des victimes de la Shoah. Ce dernier, invité d’honneur de la journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste a traité de la dignité humaine, thème central de cette édition.

 

A l’initiative de l’ambassade d’Israël et en partenariat avec le Centre d’informations des Nations unies (CINU), l’UCAD, l’ambassade d’Allemagne au Sénégal, et la Commission nationale du Sénégal pour l’Unesco, la manifestation a été célébrée au Cours Sainte-Marie de Hann à Dakar.  Elle a permis aux élèves du cours, ainsi qu’à un millier de lycéens et collégiens venus de différents établissements de Dakar et de sa banlieue, de rendre un hommage aux six millions de victimes de l’Holocauste durant la seconde Guerre mondiale. Les élèves avaient préparé des témoignages émouvants et autres dénonciations sous formes de poésies, chants et représentations théâtrales qu’ils ont eu la possibilité de présenter à un  parterre d’autorités présentes pour l’occasion.

 

Yoni Berrous (à gauche tenant le fanion) à côté des élèves d'une école participante et leurs encadreurs

Yoni Berrous (à gauche tenant le fanion) à côté des élèves d’une école participante et leurs encadreurs

Le CINU,  partenaire de cette initiative depuis 2013 a participé cette année encore en proposant aux adolescents, une exposition poignante qui retraçait, sous la forme de 12 panneaux illustrés, l’histoire du génocide juif. L’exposition sera par la suite prêtée à la dizaine d’écoles participantes afin que chacune puisse s’en servir pour toucher et sensibiliser un maximum d’étudiants sénégalais. Toujours grâce au CINU, le film “La Femme au tableau”, du réalisateur américain Simon Curtis, qui raconte l’histoire véridique de Maria Altmann, juive spoliée par le gouvernement autrichien, ainsi qu’un documentaire “vers le génocide nazi” qui offre un aperçu concis de la Shoah et des événements qui l’ont rendu possible, seront également diffusés prochainement dans les différents établissements, dans ce même but éducatif.

 

L’ambassade d’Israël  et ses partenaires ont souhaité organiser cette journée devant des adolescents, non plus pour condamner, mais pour leur apprendre l’Histoire: «La génération qui a connu l’holocauste est en train de disparaître […] Voilà, pourquoi il est important de continuer d’éduquer et de sensibiliser la jeune génération”, a indiqué la chargée d’affaires de l’Ambassade d’Israël, Mme Shir Gideon.

 

Oumar Bâ, représentant du Ministre de l’Education, a invité, quant à lui, “les élèves à être les relais auprès des autres enfants pour proclamer la dignité humaine et défendre le droit de chacun de vivre à l’abri des discriminations et inégalités”.