Petite journée des droits de l’homme à Saint Louis : « mon école s’engage dans les droits humains »

22 mai 2014. Langue de Barbarie, Ecole élémentaire de l’Hydrobase – Sur cette bande de terre perdue entre les eaux, la frontière entre la mer et la terre est ténue et l’équilibre fragile. Le mur d’enceinte qui séparait la plage de la cour de cette petite école de quartier s’est écroulé récemment, laissant le vent de l’océan balayer le sable qui s’engouffre dans les bâtiments. De la fenêtre de la classe, on aperçoit les pirogues de pêcheurs qui s’éloignent vers le large.

au centre, Andrea Ori, représentant Régional HCDH/BRAO

au centre, Andrea Ori, représentant Régional HCDH/BRAO

L’école accueille chaque jour 492 élèves, dont 266 filles. Les élèves participent ce matin à la petite journée des droits de l’homme, une initiative du bureau régional du Haut-commissariat aux droits de l’homme (HCDH) en partenariat avec le Centre d’informations des Nations Unies (CINU) et Amnesty International Sénégal. Le chef de quartier, l’imam de la mosquée et Inspecteur départemental de l’Education Elémentaire (IDEL) sont accueillis par le directeur de l’école, le doyen Niass.

Dans ce quartier de pêcheurs, l’éducation scolaire reste un défi permanent. « Nous avons de très bons élèves ici, mais malheureusement, un matin, même les meilleurs ne viennent subitement plus à l’école. Après quelques jours d’absence, je passe voir leurs parents et j’apprends que ces garçons sont partis pêcher en mer » se désole le doyen Niass. « Il est important que les parents comprennent que les enfants ont le droit de continuer à fréquenter l’école ».

un enfant exécute la fresque murale sous la direction de Khosse

un enfant exécute la fresque murale sous la direction de Khosse

Pour Andrea Ori, représentant régional du HCDH, « L’objectif de cette journée est de sensibiliser les élèves de l’école mais également la communauté scolaire au sens le plus large, c’est-à-dire les professeurs, les parents, les autorités locales sur l’importance de fonder la vie à l’école sur les principes des droits de l’homme et de construire des relations sur la base du respect, de la tolérance, de la non-discrimination, de la participation et de la liberté d’expression. Il s’agit également par ce biais de promouvoir la citoyenneté. »
La petite journée des droits de l’homme a été préparée par les élèves depuis plusieurs jours déjà. Avec le soutien de leurs professeurs, les élèves présentent le résultat de leur travail à travers des petites pièces de théâtre et des sketches illustrant différentes thématiques relatives à la convention sur les droits de l’enfant. Les rires fusent lorsque un élève mime un adulte qui frappe un enfant. La discussion démarre ensuite avec les élèves sur les différents droits repris dans la convention : le droit à l’éducation, à la santé, la liberté d’expression, le droit à un environnement décent. D’autres questions sont également abordées telles que le travail des enfants, le mariage précoce, la violence en milieu scolaire ou la mendicité des enfants.

sketche des élèves

sketche des élèves

Les acteurs participent également au vernissage de la fresque « le mur de la tolérance », peinte par les élèves sous la direction de l’artiste local Khosse. Une fresque qui restera comme un témoignage et un rappel aux élèves sur cette journée de sensibilisation.
A voir également sur :
https://www.ndarinfo.com/Petite-Journee-des-Droits-de-l-Homme-des-experts-deplorent-la-maltraitance-des-enfants-dans-le-systeme-educatif_a8853.html
https://www.lasignare.com/ECOLE-HYDROBASE—Les-eleves-sensibilises-sur-les-droits-de-l-Homme-et-la-violence-dans-le-systeme-educatif-article-342.html