Commémoration du génocide rwandais : 20 ans après, le temps du souvenir

enfants2_arrivee-flamme

Les enfants accueillent la flamme

C’est dans la nuit du 6 au 7 avril 1994 qu’ont éclaté, au Rwanda, les massacres visant pour l’essentiel, la communauté tutsie. En 100 jours, plus de 800 000 mille personnes ont été tuées dans une folie meurtrière qui a avait été planifiée. Le génocide au Rwanda a « été  l’une des pages les plus sombres de l’histoire de l’humanité » a dit le Secrétaire Général de l’ONU. Ban Ki-moon s’est rendu à Kigali le 07 avril dernier aux cérémonies en hommage aux victimes, cette date ayant été proclamée par l’Organisation des Nations-Unies, journée internationale de réflexion sur le génocide au Rwanda. En même temps, à Dakar, la commémoration du génocide rwandais s’est déroulée sous le signe de la mémoire et de l’espoir.

C’est à l’heure du coucher de soleil que la flamme de l’espoir, kwibuka 20 en kinryarwanda,  partie de cette même place du souvenir le 22 février 2014 est revenue à Dakar. Les enfants, silencieux l’accompagnent. Ils sont suivis par un avocat, Maître Daff. Ce dernier a ensuite plaidé, devant l’assistance, sur le devoir de mémoire. Il a donc parlé aux enfants « qui n’étaient pas nés et auxquels on demande de se souvenir » de la mort d’autres enfants, « qui jouaient comme vous et qui sont morts, des enfants qui ont survécu et qui n’ont plus de parents ».

Pour Gérard Ntwari, « la mémoire est un devoir, car bien que les morts ne soient plus physiquement, ils le sont dans les souvenirs ».  Le Rwanda a placé la vingtième commémoration du génocide au rwandais sous le triptyque mémoire, unité, renouveau. Selon l’Ambassadeur du Rwanda au Sénégal, le Rwanda, 20 ans après, est un pays uni dans la mémoire, dans la souffrance, dans la dignité et le progrès.

Les personnalités présentes à la cérémonie

Les personnalités présentes à la cérémonie

Le Ministre de l’économie maritime du Sénégal, représentant du Gouvernement à cette cérémonie a estimé que le Rwanda est un exemple pour sa capacité de dépassement. Haïdar el Ali a aussi annoncé qu’il souhaitait devenir membre de l’Association des Amis du Rwanda.