Les populations de Guédiawaye (banlieue de Dakar) se mobilisent pour mettre fin définitivement aux mutilations génitales féminines.

Dakar le 06 février 2014 . – La cérémonie officielle de la célébration de la Journée

forte mobilisation des femmes

forte mobilisation des femmes

internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines, a pour cadre Guédiawaye (banlieue de Dakar) ce jeudi 06 janvier 2014. Anta SARR, Ministre de la femme, de la famille et de l’enfance a présidé la cérémonie en présence du Maire de Sam notaire, des autorités religieuses et coutumières, des membres de la société civile et des jeunes de la banlieue. Le thème de cette année porte sur : « Préserver la culture, abandonner les pratiques néfastes »

Sketch des jeunes artistes

Sketch des jeunes artistes

L’esplanade de la ville de Guédiawaye a été le point de ralliement des jeunes marcheurs venus des différents quartiers pour célébrer cette journée. Parcourant la ville avec des messages contre les mutilations génitales féminines, les jeunes ont sensibilisé les populations sur les méfaits de telles pratiques. Ainsi, une troupe théâtrale composée de jeunes artistes ont joué devant les autorités une pièce riche d’enseignement sur les conséquences, sanitaire, psychologique et sociale des mutilations génitales féminines dans la vie quotidienne des victimes.

Témoignage d’une victime

témoignage d'une victime

témoignage d’une victime

Issue d’une famille d’exciseuses, Sokhna Aminata SY, Présidente des Badjianoux Gokk de Guédiawaye, a vécu dans sa chair l’excision. « J’étais pressentie pour devenir une exciseuse professionnelle » disait-elle. Connaissant les dangers de telles pratiques, elle a lancé un  vibrant appel aux mères de famille en les exhortant à abandonner l’excision sous toutes ses formes. Enfin, elle a attiré l’attention du public sur les conséquences dramatiques de l’excision sur la santé de la fille tout au long de sa vie.

Marche des jeunes

Marche des jeunes à travers la ville

Anta Sarr, clôturant la cérémonie, a réaffirmé la volonté ferme du Chef de l’Etat, à protéger les femmes et les filles contre ce fléau. Elle a rappelé la loi sur les mutilations génitales et l’importante contribution de la société civile, des partenaires techniques et financiers dont UNFPA et UNICEF et des structures étatiques pour sa vulgarisation. Elle a exhorté les acteurs à privilégier le dialogue en vue d’un abandon définitif de l’excision. Enfin, elle a salué la synergie d’action de tous les acteurs pour atteindre l’objectif fixé :   abandon définitif de l’excision sur toute l’étendue du territoire national.

les jeunes disent NON à l'excision

les jeunes disent NON à l’excision

Pour rappel, , l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté le 20 décembre 2012, la résolution 67/146 « engage[ant] le système des Nations Unies, la société civile et tous les acteurs concernés à continuer de célébrer le 6 février la Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines et à en saisir l’occasion pour intensifier les campagnes de sensibilisation et prendre des mesures concrètes contre les mutilations génitales féminines ».