Journée internationale Nelson Mandela : Madiba, un exemple de bonne gouvernance

Au fond à droite Songde Diouf, à gauche Ousmane Sène

Dakar, le 19 juillet 2017 – Au lendemain de la célébration de  la journée internationale Nelson Mandela, le Centre d’information des Nations unies (CINU Dakar) a organisé, hier, en partenariat avec le Mouvement des jeunes Madibaristes, un ciné-débat autour du thème : « Bonne gouvernance en Afrique, l’héritage de Mandela ».

Le thème « Bonne gouvernance en Afrique, l’héritage de Mandela » a été introduit, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale Nelson Mandela, par le Dr Ousmane Sène, directeur du West africa reseach center (Warc), et Songde Diouf, professeur de philosophie au Lycée Limamoulaye de Pikine. La discussion avec un public majoritairement composé de jeunes a suivi la projection du film « Invictus » ou « Invaincu ».

Dans ce long métrage d’environ 2 heures de Clint Eastwood décrit une partie de la vie de Nelson Mandela, après son élection à la présidence d’Afrique du sud en 1994, à l’issue de 27 ans de captivité. Interprété dans le film par l’acteur Morgan Freeman, le Président Mandela réalise un pari quasi impossible dans la nouvelle Afrique du Sud post apartheid : celui d’unifier un peuple longtemps divisé. Il réussit à créer une unité nationale autour du rugby, sport alors réservé aux seuls blancs. Grâce à l’équipe nationale de rugby, les Springboks et la détermination de Madiba, l’Afrique du sud est sacrée chez elle championne du monde en 1995, à la surprise générale. Ce film reflète également chez le président sud-africain un certain nombre de valeurs telles que la générosité, le pardon, le sens de la justice et le respect de la constitution.

Pour le professeur Songde Diouf, Nelson Mandela fait partie des dirigeants qui ont compris qu’ils ne vont pas s’éterniser au pouvoir. Parlant de bonne gouvernance, Pr Diouf se référant toujours au film, évoque le fait que Nelson Mandela avait aussi renoncé à son salaire pour vivre presque dans la précarité. « C’était une façon volontaire de dire qu’on ne vient jamais au pouvoir pour s’enrichir mais plutôt pour être au service du peuple », argue-t-il.
Le Directeur du WARC, Ousmane Sène, indique qu’en plus de parler de bonne gouvernance, le Président Mandela a également fait preuve d’humilité et d’humanité. « Ce qui permet de mettre tout le monde à l’aise. Nulle part dans le film, nous le voyons désemparé, déboussolé » mais « invaincu », ce qu’il a été au cours de ses longues années d’emprisonnement et toute sa vie durant.

Le coordonnateur du Mouvement des jeunes Madibaristes, Cheikh Ibra Faye, a expliqué pourquoi son mouvement avait choisi de proposer ce thème. « En échangeant autour de ce film, nous voulons revisiter l’héritage de Mandela et exhorter, par la même occasion, nos dirigeants à suivre son exemple de bonne gouvernance lorsqu’il était au pouvoir », a-t-il précisé.