Forum cine – CINU « Non Assistance » où la tragique traversée de la Méditerranée

non-assistance-photo-108 décembre 2016– Le Centre d’Information des Nations Unies (CINU Dakar) à l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Homme, a organisé dans ses locaux la projection du film de Frédéric Choffat et Caroline Abu Sa’DA intitulé « Non Assistance » dans le cadre de son programme ciné – CINU. La séance a été  suivie d’un débat sur les droits des migrants animée par Andrea  Ori Représentant Régional du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH/BRAO), Amadou Aly Kane Conseiller juridique de la Rencontre Africaine pour les Droits de l’Homme (RADHO) et Karmen Sakhr Administratrice Principale Régionale au Haut-Commissariat pour les Réfugiés (UNHCR) et Assane Sonko migrant sénégalais.

De gauche à droite, Assane Sonko, migrant, Andrea Ori (HCDH/BRAO), Karmen Sakhr (UNHCR).Amadou Aly Kane (RADHO)

De gauche à droite, Assane Sonko, migrant, Andrea Ori (HCDH/BRAO), Karmen Sakhr (UNHCR).Amadou Aly Kane (RADHO)

Le documentaire décrit l’indifférence de nombreux acteurs en mer insensibles au sort des migrants à bord d’embarcation de fortune, à l’exception de bonnes volontés issues de la société civile qui s’engagent dans des opérations de sauvetage sans beaucoup de moyens.

C’est grâce à un partenariat avec le Festival du Film et Forum International sur les Droits Humains (FIFDH) que cette séance a été rendue possible.

Les débats ont portés sur la « non assistance » subie par les migrants et le respect de leur droits fondamentaux qui demeure utopique jusqu’à aujourd’hui.

Assane Sonko, miraculeusement rescapé de deux tentatives de migration vers l’Europe par l’Océan Atlantique et la Mer Méditerrané, a témoigné des affres de la traversée. Son récit pourrait dissuader les jeunes  qui seraient tentés par ce périple sans lendemain. Cependant, Assane n’exclut pas la possibilité de recommencer l’aventure une troisième fois.