Lancement du rapport 2016 de la CNUCED sur le développement économique de l’Afrique

Au fond, Bineswaree Bolaky, économiste CNUCED

Au fond, Bineswaree Bolaky, économiste CNUCED

Dakar, Le 22 juillet 2016 –  La Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) en partenariat avec le Centre d’Information des Nations Unies (CINU Dakar), a procédé au lancement du rapport 2016 sur le développement économique en Afrique hier. Pour l’occasion une conférence de

Lire la suite

Journée internationale Nelson Mandela : les jeunes madibadistes rendent hommage à Mandela trois jours durant.

Dakar 19 Juillet 2016. – L’Ambassade d’Afrique du Sud au Sénégal, en partenariat avec le Centre d’Information des Nations Unies de Dakar (CINU), le Bureau régional de l’UNESCO à Dakar, le village des arts de Dakar, le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS), l’Université Cheikh Anta Diop, le Conseil National de lutte contre le Sida et le mouvement des jeunes madibadistes, a organisé une série d’activités pour rendre hommage à Nelson Mandela les 15, 16 et 18 juillet 2016.

CLIQUEZ SUR LE LIEN SUIVANT POUR VOIR LA VIDÉO :

Lire la suite

Ciné CINU: « In the shadow of the sun », le film qui témoigne du vécu tragique des personnes atteintes d’albinisme en Tanzanie.

Une vue de la salle du CINU Dakar au cours de la projection du film

Une vue de la salle du CINU Dakar au cours de la projection du film

Dakar, le 24 juin 2016 –Dans le cadre de son Ciné forum, le Centre d’Information des Nations-Unies  a abrité vendredi 17 juin une séance de cinéma suivie d’un débat sur l’Albinisme.

Le film d’Harry Freeland a été tourné en Tanzanie.  Il raconte l’histoire de Josephat, lui même atteint d’albinisme qui témoigne de son vécu et des difficultés qu’il a rencontrées. La caméra le suit dans ses démarches auprès des communautés pour expliquer ce qu’est l’albinisme et faire comprendre aux populations que ce n’est pas le fait de la sorcellerie. Elle entraîne le public sur les pas d’un homme qui lutte contre la violence faite aux personnes atteintes d’albinisme. Ces dernières sont parfois tuées, leurs membres ou de leurs organes utilisés par des individus qui croient que ces pratiques sacrificielles les rendront riches.

Lire la suite

Lancement du Forum Cinéma, « CINE ONU » : Une première consacrée à la Journée de Réflexion sur le Génocide, en 1994, au Rwanda.

Une vue du public

Une vue du public

Dakar, le 02 juin 2016 – Le Centre d’Information des Nations Unies (CINU) et le Bureau Régional du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH) en partenariat avec le Conseil pour le  Développement de la Recherche en Sciences sociales en Afrique (CODESRIA) et l’ambassade du Rwanda ont accueilli un CINE FORUM, ce mardi 31 Mai 2016 à Dakar, à l’occasion de la Journée Internationale de réflexion sur le génocide de 1994 au Rwanda.

Lire la suite

Célébration de la Journée Internationale des Casques Bleus : L’Onu et l’Association Capitaine Mbaye Diagne rendent hommage aux héros.

 

La veuve du Capitaine, Yacine Mar Diop, présentant la médaille "Capitaine Mbaye Diagne au courage exceptionnel", à sa droite le Colonel Faye, Représentant le Chef d'état Major des Armées

La veuve du Capitaine, Yacine Mar Diop, présentant la médaille « Capitaine Mbaye Diagne au courage exceptionnel », à sa droite le Colonel Faye, Représentant le Chef d’état Major des Armées

Dakar, le 27 mai 2016 – Le Centre d’Information des Nations Unies de Dakar (CINU)et le Bureau Régional du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH/BRAO) en partenariat avec le Bureau du Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), l’UNESCO et l’association du Capitaine Mbaye Diagne ont accueilli une conférence, ce vendredi 27 Mai 2016 à Dakar, à l’occasion de la Journée Internationale des Casques Bleus qui avait pour thème Honorer nos héros : « La paix à travers l’éducation ».

 

La veuve du Capitaine Mbaye Diagne, Présidente de l’association du même nom, Mme Yacine Mar Diop est venue apporter un témoignage poignant sur le courage exceptionnel de son époux pendant le génocide rwandais. Elle a dévoilé au public la médaille qui lui a été remise par le Secrétaire Général des Nations Unies, destinée à honorer les militaires, les membres de la Police et du personnel civil des Nations unies et du personnel associé qui ont bravé des dangers extrêmes en s’acquittant de leur mission ou de leurs fonctions au service de l’humanité et de l’Onu.

Lire la suite

Emission « Impressions » à l’occasion de la Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves

Suivre l’émission « Impressions » présentée par Sada Kane sur la 2STV à l’occasion de la Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves.

cliquez sur le lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=9On-ah0sbks

Rôle des journalistes contre le discours de haine et l’incitation à la discrimination ou à la violence ethnique, raciale ou religieuse en Afrique : Dakar abrite une formation des professionnels des medias francophones.

Les participants et experts à la formation

Les participants et experts à la formation

Dakar, le 15 avril 2106 – Le Haut Commissariat des Nations –Unies des Droits de l’Homme a organisé en partenariat avec le Centre d’Information des Nations –Unies de Dakar une formation de journalistes sur « Les médias et leur rôle dans la lutte contre le discours de haine et l’incitation à la discrimination ou à la violence ethnique, raciale, ou religieuse en Afrique francophone » et le « Suivi de la Déclaration et du Programme d’Action de Durban ». C’est ainsi que près de 30 journalistes provenant de plus de 10 pays de l’espace africain francophone ont répondu les 13 et 14 avril 2016 à une exigence du thème de cette rencontre. Il s’agit d’une part de la mise en œuvre des recommandations de la Déclaration et du programme d’action adoptés lors de la Conférence mondiale de Durban (2001) sur le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance. D’autre part de l’identification des médias comme l’un des acteurs clés en mesure de contribuer au combat global contre le racisme.

Lire la suite

Enregistrement de l’émission télévisée « Impressions ». Un numéro spécial consacré à la traite transatlantique des esclaves.

Sada Kane, au centre. A droite, Damian Cardona, à gauche, Professeur Ibrahima Thiaw.

Sada Kane, au centre. A droite, Damian Cardona, à gauche, Professeur Ibrahima Thiaw.

Dakar, le 11 avril 2016 – A l’occasion, cette année, de la journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves, le Centre d’Information des Nations Unies de Dakar (CINU Dakar) a participé au numéro spécial de l’émission bimensuelle « Impressions », magazine littéraire diffusé sur la 2 STV, présenté par Sada Kane et qui s’est fait une place dans le paysage médiatique du Sénégal. L’occasion d’atteindre ainsi une large audience et d’aborder le sujet sous un angle véritablement culturel.

Pendant la première partie de l’émission enregistrée le 23 mars 2016, Damian Cardona Onses, Directeur du CINU, a rappelé l’importance de la commémoration de cette journée et présenté la sculpture « l’Arche du Retour », de Rodney Leon, exposée au siège des Nations Unies à New York. Cette œuvre est le symbole de ce que cette organisation mondiale représente et veut mettre en œuvre: la promotion et la préservation de la dignité et de la valeur de tous les êtres humains. Le professeur et archéologue, Ibrahima Thiaw, de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN) a  interrogé quant à lui l’environnement, les objets mais aussi les ossements pour comprendre l’importance de l’impact psychologique, sociologique et économique qu’a pu avoir l’esclavage sur la construction de l’identité africaine.

 

Lire la suite

Message à l’occasion de la commémoration du 22e anniversaire du génocide au Rwanda (7 avril 2016)

Dakar 8 avril 2016 . – En 1994, plus de 800 000 personnes – en grande majorité des Tutsis, mais

Ban Ki-moon SG de l'ONU

Ban Ki-moon SG de l’ONU

aussi des Hutus modérés, des Twa et d’autres – ont été systématiquement assassinées dans tout le Rwanda. En cette Journée internationale, nous nous souvenons de tous ceux qui ont trouvé la mort pendant le génocide et réaffirmons que nous sommes déterminés à empêcher que de telles atrocités ne se reproduisent, où que ce soit dans le monde.

Le courage des survivants, qui nous a montré que la réconciliation est possible même après une telle tragédie, doit être une source d’inspiration pour nous tous. Dans la région des Grands Lacs, qui fait toujours face à de graves menaces à la paix et à la sécurité, l’apaisement et la reconstruction demeurent des objets essentiels.

Honorer les victimes du génocide au Rwanda, c’est aussi œuvrer en faveur de la justice et amener les responsables à répondre de leurs actes. Je félicite les États Membres de la région et au-delà de l’action qu’ils continuent de mener pour arrêter et transférer les derniers fugitifs et mettre fin à l’impunité. Le meilleur moyen de garantir que le génocide et les autres violations flagrantes du droit international et des droits de l’homme ne se reproduisent pas est de reconnaître notre responsabilité commune et de nous engager à unir nos forces pour protéger ceux qui sont menacés.

Le génocide n’est pas un événement ponctuel : c’est un processus qui se déroule dans le temps et qui se prépare. L’histoire a montré à plusieurs reprises qu’aucune région du monde n’est à l’abri. L’un des principaux signes précurseurs du génocide est la propagation, dans le débat public et les médias, de propos haineux visant tel ou tel groupe de population.

Cette année, le thème retenu pour la célébration de la Journée internationale est « Combattre l’idéologie génocidaire ». Il est indispensable que les gouvernements, l’appareil judiciaire et la société civile fassent preuve de fermeté face aux propos haineux et aux individus qui incitent à la division et à la violence. Si nous voulons bâtir des sociétés justes et pacifiques, nous devons promouvoir l’inclusion, le dialogue et l’état de droit.

L’histoire du Rwanda nous livre un enseignement essentiel. Si la capacité de commettre les pires infamies est inhérente à toute société, il en va de même de vertus telles que la compréhension, la générosité et la réconciliation. Cultivons ces qualités, que nous partageons tous en tant qu’êtres humains, pour aider à faire en sorte que chacun puisse vivre dans la dignité et la sécurité.

MESSAGE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ONU A L’OCCASION DE LA CELEBRATION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE POUR LE DROIT À LA VÉRITÉ EN CE QUI CONCERNE LES VIOLATIONS FLAGRANTES DES DROITS DE L’HOMME ET POUR LA DIGNITÉ DES VICTIMES

Dakar le 24 mars 2016. -Cette journée est célébrée tous les ans à cette date en hommage à la mémoire de Monseigneur Óscar Arnulfo Romero, assassiné le 24 mars 1980. Monseigneur Romero dénonçait activement les violations des droits fondamentaux des plus vulnérables en El Salvador.

Ban Ki-moon SG de l'ONU

Ban Ki-moon SG de l’ONU

Partout dans le monde, toute victime a le droit de connaître la vérité sur les violations qu’elle a subies. Mais la vérité doit aussi être dite dans l’intérêt de tous les individus et de toutes les communautés car elle constitue une protection essentielle contre la répétition des violations. Le droit à la vérité est étroitement lié au droit à la justice.

Lire la suite